Les chapelles du déambulatoire sud

 

>> Retable de la vie de la Vierge
Ce retable, en bois sculpté et peint, date du début du XVIᵉ siècle (France du nord). Certains éléments ont été perdus. Les peintures actuellement visibles – dont l’Annonciation et le paradis terrestre – se trouvaient, à l’origine, au revers du retable.
Les parties en bois sculpté représentent différents miracles opérés par la Vierge Marie. On y voit également saint Luc l’évangéliste peignant la Vierge.

>> Porte de l’ancienne sacristie
Fresques de Victor Mottez, 1843 : 
– Au-dessus de la porte : au pied de saint Germain et de saint Vincent, patrons de l’église, représentation en bois doré de Saint-Germain l’Auxerrois, ex-voto de la restauration de l’église de 1836 à 1845, offert par Jean-Baptiste de Merson, Curé.
– La glorification et la charité de saint Martin de Tours (317-397) partageant son manteau avec un pauvre aux portes d’Amiens, en illustration de la parole du Christ : “Date et dabitur vois” (Donnez et il vous sera donné).

 

 

>> Chapelle des Saints-Apôtres
Bâtie en 1502, ancienne chapelle Notre-Dame-de-Pitié ou des Trois Rois, selon la coutume d’exposer pendant les fêtes de l’Epiphanie de petites statuettes de cire représentant les trois rois mages prosternés devant l’Enfant Jésus.
– Vitrail à trois compartiments : Les Douze Apôtres en buste, surmontés d’un Christ bénissant. D’après un carton de Viollet-le-Duc et Lusson (1846),
– Tableau : les trois vertus théologales la Foi, l’Espérance et la Charité, par Jules Quantin (1857)

 

>> Chapelle Saint-Pierre
Bâtie en 1506, ancienne chapelle de la Visitation, puis des Cerisay.
– Au-dessus de l’autel : Tableau représentant Jésus entouré de ses disciples et remettant à saint Pierre, chef des apôtres, les clefs du royaume des cieux. Copie par mademoiselle Despré en 1840, d’après un original d’Alonso Cano (XVIIe siècle).
– A droite : Tableau de saint Pierre mis en croix, par Charpentier en 1822.
– Vitrail à trois compartiments de Viollet-le-Duc et Lusson, représentant saint Pierre avec l’inscription sur banderole “Tu es Petrus et super hanc Petra aedificabo Ecclesiam meam” (Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise).

 

>> Chapelle des Pères et docteurs de l’Eglise
Bâtie en 1504, ancienne chapelle de la Sainte Vierge, et de Saint-Martin.
– Autel en bois, surmonté de trois tableaux : au centre, saint Ambroise, saint Augustin et saint Jérôme, d’après Piero di Cosino Rosselli. A gauche, saint Chrysostome, d’après Moretto da Brescia. A droite, saint Basile, d’après Lorenzo da Credi. Tout cet ensemble est une copie faite par Auguste Truelle.
– En face de l’autel : La Consécration de sainte Geneviève par Jacques-Augustin Pajou, 1818, offert par Louis XVIII.

 

>> Ancienne chambre du prédicateur
Vers 1730, l’ancienne chapelle Saint-Victor ou des Agonisants fut supprimée et devint une petite sacristie pour les chapelains.
– Porte entourée d’une décoration de feuillages d’acanthe et de choux frisés. Dessin de Lassus, et sculpture de Plantard.
– Au-dessus de la porte : statue polychrome de la Sainte Vierge, dite Vierge à l’oiseau, (Troyes, XVᵉ siècle). La Vierge, couronnée, porte l’Enfant Jésus sur son bras gauche. L’Enfant tend, de la main droite, à un oiseau perché sur le bras de sa Mère, un grain de raisin qu’il vient de prendre dans le petit panier qu’il porte.