Recevoir un Sacrement – Vivre les étapes de la foi

Il y a les événements que l’on peut prévoir de longue date : le baptême d’un enfant, une première communion, un mariage… Et d’autres qui peuvent survenir soudainement : le décès d’un proche, une opération chirurgicale un peu lourde…

L’Église, dans son souci maternel des âmes et des corps, offre à chaque fidèle un accompagnement concret lors de tous ces événements.


Recevoir le baptême

Le baptême constitue le sacrement de l’initiation chrétienne et donne accès à tous les autres sacrements.

Il n’est pas “fabriqué” par l’Église mais correspond à la vocation divine de l’homme, voulue par Dieu. Il est préfiguré dans l’Ancienne Alliance (l’Ancien Testament) par l’Arche de Noé, le passage de la mer Rouge par les Hébreux. Il est accompli par le Christ lui-même dans le Jourdain et célébré depuis les origines de l’Église. Par ce sacrement la vie du Christ marque l’âme en ses profondeurs les plus insondables et l’oriente vers l’Amour, lui donnant de goûter la tendresse de Jésus qui a dit : “Laissez venir à moi les petits enfants”.

Le baptême efface le péché originel, libère des péchés personnels, incorpore au Christ, confère l’identité de chrétien et d’enfant de Dieu. Il inaugure pour le baptisé une vie nouvelle selon l’évangile. L’appartenance au Christ qu’il procure est indélébile, c’est pourquoi le baptême ne peut être renouvelé ni effacé.

Le baptême des petits enfants

Le baptême des petits enfants concerne les enfants âgés de moins de 3 ans, encore “portés par la foi de leurs parents“. Au-delà, l’Église souhaite qu’ils préparent le baptême dans  le cadre du catéchisme, soit à l’école primaire, soit avec l’aumônerie du collège ou du lycée.

Pour toute demande de baptême, prendre contact avec le secrétariat de la paroisse.

Si vous habitez sur le territoire paroissial de Saint-Germain l’Auxerrois et que vous souhaitez faire baptiser votre enfant ailleurs, vous devrez nous demander une “autorisation de baptême hors paroisse” qui sera à remettre au curé de la paroisse du baptême.

Le Catéchuménat – baptême des adultes

La préparation d’un adulte au baptême se fait au niveau du diocèse, et comprend une réunion par mois avec d’autres catéchumènes et une rencontre régulière avec un accompagnateur personnel. Le baptême des adultes est célébré au cours de la Vigile pascale, la veille du dimanche de Pâques. 


La première communion

La première communion des enfants peut se faire “à l’âge de raison”, c’est-à-dire quand l’enfant est capable de motiver son désir. En général elle se prépare en CE1 ou CE2 dans le cadre du catéchisme.

Le grand désir de Dieu est d’entrer en relation avec l’être humain et de venir demeurer chez lui. Cette rencontre peut se faire de multiples manières. Il y a aussi bien des manières pour Dieu de venir demeurer chez nous. Il en est une qu’il a particulièrement souhaitée : que nous le recevions comme nourriture, pour vivre de sa vie, aimer comme lui. D’où l’importance de bien préparer sa “première communion”.

Contacter le secrétariat pour en savoir plus.


Le Sacrement des malades

Ce sacrement confère une grâce spéciale au chrétien éprouvé par une maladie grave ou la vieillesse, ou devant subir une opération importante. Appelé autrefois “extrême onction” ce sacrement, depuis le Concile Vatican II, n’est plus réservé qu’aux agonisants ! C’est l’un des deux sacrements de guérison, l’autre étant le sacrement de réconciliation qui est dédié à la dimension spirituelle de l’homme.

L’onction des malades manifeste la présence pleine de sollicitude et de compassion de Jésus en ces moments particulièrement douloureux et angoissants où l’homme fait l’expérience de sa fragilité : l’accueil des malades et les guérisons miraculeuses sont une partie essentielle de la mission de Jésus qu’il a voulu aussi confier à ses apôtres : “Ils faisaient des onctions d’huile à de nombreux infirmes et les guérissaient” (Marc 6,13)

Le sacrement, qui peut être célébré au cours d’une messe, ou à l’hôpital, ou au domicile de la personne, consiste :
– en une onction d’huile (huile des malades, consacrée au cours de la messe chrismale) sur le front et les mains,
– et en l’imposition des mains par le prêtre suivie de la parole : “Par cette onction sainte que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous vos péchés, qu’il vous sauve et vous relève“.

Cette parole fait écho à l’épître de saint Jacques : “Quelqu’un parmi vous souffre-t-il ? Qu’il prie. […] Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les presbytres (les prêtres) de l’Eglise et qu’ils prient sur lui, après l’avoir oint d’huile au nom du Seigneur.” (Jc 5,13-14)

Pour les mourants l’eucharistie est associée au sacrement des malades. C’est l’ultime communion au corps et au sang du Christ, le viatique pour le passage vers la demeure du Père.

Que faire concrètement ?

L’onction des malades est un sacrement de guérison. Il est donné aux personnes dont la santé est substantiellement atteinte (psychique ou physique), à la veille d’une opération, etc. Il peut être célébré au domicile de la personne ou à la paroisse.

Prendre rendez-vous avec le secrétariat de la paroisse.


La Confirmation

Jésus Christne fait qu’un avec sa mission de salut. Par la confirmation, le baptisé achève son initiation chrétienne en recevant le sacrement de la mission : l’Esprit Saint qui l’a purifié au baptême le met maintenant en marche dans le monde à la suite du Christ et de son Église.

La confirmation fait partie, avec le baptême et l’eucharistie, des sacrements de l’initiation chrétienne. C’est sacrement vital pour que le baptisé devienne un vrai témoin du Christ ressuscité et trouve sa place et sa mission dans l’Eglise voulue par le Seigneur et vivifiée par le Saint Esprit. Ce sacrement “confirme” le baptême. Il nous rappelle cette promesse du Christ de nous donner son Esprit pour ne pas nous laisser orphelins après son retour vers le Père à l’Ascension. Cet Esprit, symbolisé par un colombe, est comme un feu, celui de l’amour, qui doit se répandre dans nos cœurs et sur la terre entière.

Dans l’Église latine, ce sacrement est donné le plus souvent aux enfants adolescents. Tout adulte peut également le recevoir.

L’effet de ce sacrement est l’effusion spéciale de l’Esprit Saint comme elle fut accordée jadis aux apôtres le jour de la Pentecôte. Ainsi, la confirmation apporte croissance et approfondissement de la grâce baptismale” (Catéchisme de l’Eglise catholique, §1302)

Comment se préparer ? 

La Confirmation se fait le plus souvent au moment de l’adolescence, et est préparée en aumônerie.

Pour les adultes désirant recevoir la Confirmation, des rencontres sont organisées par le diocèse de Paris. La préparation se fait d’abord dans le cadre de la paroisse, et est suivie d’une journée de récollection au niveau diocésain.

Contacter le secrétariat de la paroisse pour en savoir plus.


Le mariage chrétien

© Saint-Germain l’Auxerrois

Le mariage chrétien s’appuie sur le mariage tel que les êtres humains l’ont vécu et célébré, depuis des temps immémoriaux : l’union légitime entre un homme et une femme.

Le mariage tel que le conçoit l’Église est à l’image de ce que le Christ a voulu : s’unir, par amour, à notre humanité pour la sauver. En tant que sacrement le mariage est appelé à rendre témoignage de ce grand mystère qui implique indissolubilité et fidélité jusqu’au bout. Chaque personne, “une de corps et d’âme”, en se mariant à l’église, choisit librement de vivre cet engagement. Dieu lui-même s’y implique.

Que signifie “pour la vie” ? Il y a au moins deux manières de comprendre ce titre :
– on ne se marie pas “à l’essai”. Le mariage est un projet qu’il convient de mener jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au bout d’une vie, que ce soit dans les joies ou les épreuves,
– mais “pour la vie” renvoie également à la fécondité du mariage : aux enfants à venir tout d’abord, même si ce n’est pas la seule fécondité du mariage. On ne peut imaginer de mariage chrétien sans cet accueil de la vie.

Il y a une vocation propre au couple, et plus généralement à la famille, d’être les témoins du Christ dans le monde. Le mariage doit être vécu comme réponse à un appel à la sainteté. Chacun doit être pour l’autre une aide à entrer dans ce chemin de sainteté puisque le but de la vie est de vivre cette union à Dieu comme le Christ nous l’a montré.

Concrètement, la préparation au mariage :

Il est demandé une préparation de quelques mois avant le mariage, qui comprend des rencontres avec le prêtre qui sera chargé du dossier.

  • La paroisse accueille des demandes de fiancés habitant sur le territoire de la paroisse, également des fiancés qui n’habitent pas le secteur paroissial mais qui désirent se marier dans notre église.
  • Pour les fiancés habitant sur le territoire de la paroisse mais désirant se marier dans une autre église, le prêtre de la paroisse peut aider à la préparation au mariage.

 Funérailles

La mort d’un proche peut constituer une source d’inquiétude et de questionnement. Lorsqu’un de nos proches nous quitte, comme chrétiens, nous souhaitons accompagner son départ et le remettre à Dieu.

C’est avec les pompes funèbres que se décident et s’organisent les premières démarches du parcours funéraire, notamment la prise de contact avec la paroisse pour décider de la date et de l’heure de la célébration…

Puis, c’est avec le prêtre de la paroisse où auront lieu les obsèques que la famille prépare la liturgie des obsèques.

Pour vous accompagner dans vos besoins pratiques et matériels, vous pouvez faire appel au Service Catholique des Funérailles.