Dimanche 6 janvier 2019
Epiphanie du Seigneur

 

  • 9 h 45 : Messe solennelle (latin – forme extraordinaire)
  • 11 h 30 : Messe solennelle (français – forme ordinaire)
  • 13 h : Messe en espagnol
  • 19 h : Messe grégorienne

 

La signification de l’Épiphanie : manifestation divine

L’épiphanie, vient d’un mot grec qui signifie manifestation, l’épiphanie est la fête qui célèbre la manifestation de Dieu aux hommes. Le 6 janvier, on fête les trois grandes manifestations de Jésus-Christ : L’adoration des Mages, le baptême du Christ au Jourdain et le premier miracle de Jésus aux noces de Cana. La mention de ces trois manifestations se trouve en ce jour dans les divers textes liturgiques d’Orient et d’Occident, mais en Occident, l’accent se porte surtout sur l’adoration des Mages, et à l’inverse en Orient sur le baptême dans le Jourdain. Dans la liturgie occidentale, la fête de l’épiphanie célèbre la manifestation de Dieu aux mages et plus largement aux païens.

Signification du récit de la visite des mages et de l’attitude d’ Hérode ?

Le récit de la visite des mages exprime une manifestation de Dieu aux païens. Qui étaient les mages ? Une étoile les met en marche et les conduit jusqu’à l’enfant Jésus. Tout le récit souligne le contraste entre l’attitude des mages et celle d’Hérode et des scribes de Jérusalem devant la manifestation divine. Les mages, qui sont des païens, se mettent en marche, sous le signe de l’étoile, à la recherche de l’enfant qui vient de naître. Quand les mages le trouvent, ils éprouvent une grande joie, se prosternent devant lui et lui offrent des présents. Par contre, en apprenant l’apparition de l’étoile et l’arrivée des mages, Hérode fut pris d’inquiétude. Le roi Hérode veut faire périr l’enfant qui pourrait devenir pour lui un rival : le roi messie. Les chefs des prêtres et les scribes, qui connaissent pourtant les prophéties sur la naissance du messie à Bethléem, ne cherchent pas à le connaître. Quand Mathieu écrivit son évangile, la communauté chrétienne vivait une situation paradoxale : beaucoup de païens se convertissaient à la foi chrétienne et par contre la majorité des juifs rejetaient l’évangile et persécutaient les chrétiens. Cette conjoncture était difficile à accepter pour un juif comme Mathieu qui avait une vive conscience que le peuple juif était le peuple élu qui avait été choisi par Dieu pour accueillir le messie. La communauté chrétienne voit dans l’histoire des mages et d’Hérode la préfiguration de ce qu’elle vivait. Ce récit éclaire son épreuve par une nouvelle espérance.

Qui étaient les mages ?

Le récit de Matthieu ne dit presque rien sur les Mages. Il ne dit pas qu’ils sont trois et que ce sont des rois. Il signale seulement que ces mages venaient d’Orient. Qui étaient-ils ? En fait, dans l’Ancien Testament, nous n’avons trace de “mages” qu’au début du livre de Daniel. L’épisode se déroule justement en Orient, à Babylone. Le roi Nabuchodonosor est profondément troublé par un songe. Il convoque les mages de son pays pour qu’ils puissent interpréter ce songe étrange. Chez les Perses et les Mèdes les mages constituaient une caste sacerdotale ; ils formaient le conseil secret des rois, administraient les affaires religieuses et se vouaient à l’étude de l’astronomie.

La mystérieuse étoile des mages ?

L’évangile parle d’une étoile des mages. Il dit qu’ils furent guidés par une étoile jusqu’à la crèche. On a souvent cherché ce qu’était cette étoile des mages. Par exemple, on a suggéré qu’elle aurait pu être la comète de Halley, qui justement est passée à proximité de la terre vers l’an 11 avant J.-C. Cette date correspond à peu près avec celle où on a estimé que Jésus est né : 6 ou 7 ans avant notre ère. Un grand astronome, Kepler, suggéra que l’étoile des mages aurait pu être une nova. Cette théorie est renforcée par la découverte d’un astronome chinois qui, dans les archives des Chroniques chinoises, a remarqué qu’un objet céleste, qui aurait pu être une nova, a été repéré vers l’an 5 avant J.-C. Une autre hypothèse sur l’ étoile des mages est celle de la conjoncture des planètes Jupiter et Saturne puis de Mars, vers l’an 6 avant J.-C. Tous ces mouvements uniques des planètes auraient pu être interprétés par des astrologues comme signe d’un important événement proche. Or les Mages étaient sans doute astrologues.

Le symbole de l’étoile des mages

Plus que le caractère historique de l’étoile des mages, ce qui est important c’est l’aspect symbolique de l’étoile des mages. Elle est le symbole de la manifestation de Dieu aux païens. Une étoile les met en marche et les conduit jusqu’à Jésus. Elle est peut-être plus symbolique qu’historique. L’étoile des mages pourrait bien ne représenter qu’un symbole, dont il est vain de chercher à établir la réalité astronomique.

Visite des mages

Le récit de la visite des mages exprime une manifestation de Dieu aux païens. Signification de la visite des mages : les païens viennent adorer l’enfant Jésus.

L’adoration des mages

Dans la peinture de l’adoration des mages, l’étoile est au dessus de l’enfant Jésus à la crèche. L’évangile dit : “Les mages se prosternèrent et l’adorèrent”. Ils ouvrirent ensuite leurs trésors. L’adoration des mages a une signification symbolique.

Les cadeaux des mages : L’or, l’encens et la myrrhe

Ils lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Les cadeaux des mages ont une signification symbolique. Signification des cadeaux des mages : l’or célébrait la royauté, l’encens la divinité et la myrrhe annonçait la souffrance rédemptrice. La myrrhe est une résine odorante venant d’un arbre d’Arabie, le balsamier.

 

© Source : Cybercure.fr